Avec Pierre partez à la découverte des métiers de SCE : Attaché(e) Grands Clients (AGC)

Bonjour

Je me présente, Pierre du syndicat Orange Ensemble et vous propose de mettre en lumière des métiers de SCE. Pour cette première rencontre, j’ai souhaité vous faire découvrir le métier d’Attaché(e) Grands Clients.

Après avoir revêtu ma tenue de journaliste amateur, je suis parti à la rencontre des personnes exerçant ce métier dans plusieurs agences sectorielles pour comprendre en quoi consistait leur travail au quotidien… En effet, même s’il existe quelques spécificités liées aux marchés sur le secteur public, globalement, les métiers restent les mêmes sur tous les secteurs, et il n’y a pas de grosses disparités. La réalité du métier est en phase avec la fiche de poste. Bizarrement chez les AGC, la parité n’est pas respectée. Ce job est occupé à 99.3% par la gente féminine…  Alors Messieurs si ce beau métier vous tente …n’hésitez pas !

En quoi consiste ce métier ? En fait, il s’agit d’une évolution de l’ancien métier d’Assistant(e) Commercial(e), mais avec une dimension beaucoup plus large, puisqu’il faut gérer en direct avec les clients :

  1. Découvrir des besoins pas toujours bien exprimés au départ par les clients
  2. Etablir un diagnostic
  3. Rechercher le produit/service le plus adapté
  4. Connaître les processus de mise en œuvre
  5. Faire une offre et/ou un devis
  6. Concrétiser la vente et le cas échéant en assurer le suivi
  7. Fidéliser les interlocuteurs clients

… Il s’agit bien d’un métier de vendeur multi domaines ! Les Attaché(e)s Grands Clients ont un portefeuille clients (en moyenne, 5 ou 6 gros groupes) avec parfois des milliers d’interlocuteurs. Ils gèrent essentiellement toutes les ventes hors contrats cadres et marchés.

 

Les atouts des Attaché(e)s Grands Clients

Le 1er atout est naturellement lié aux qualités relationnelles, aussi bien tournées vers le client qu’en interne. Ces qualités relationnelles sont vraiment le socle de base. Mais le plus important dans ce métier, et c’est un point qui fait toute la différence, c’est surtout la  parfaite autonomie. Il  est fréquent en effet que les AGC aient à traiter des demandes atypiques, qui nécessitent une recherche complexe pour trouver une solution. Ce métier permet de se constituer un réseau relationnel dense, véritable outil d’efficacité. Enfin il est nécessaire de connaître tous les produits et services, et de se tenir informé des nouveautés. L’objectif final étant toujours la satisfaction du client, tout en préservant les intérêts d’Orange en développant le CA. C’est un métier utile, reconnu par les clients et très valorisant.

Les craintes et les difficultés rencontrées.
La plus grosse difficulté est liée au fait que personne ne maitrise les flux entrants … Aussi, il est parfois difficile de lisser son travail, certaines semaines étant très chargées, d’autres un peu moins. Second point engendrant de la perte de temps, c’est l’engorgement des plateformes de gestion qui génère une augmentation sensible et régulière des délais de production (difficultés pour joindre les interlocuteurs en interne…). Par exemple la « Webisation » : si les commandes par le web doivent être mises en avant car c’est un gain de productivité pour Orange, en revanche les délais d’obtention des logins clients sont trop longs…

Quelles solutions ?
Un groupe de travail planche actuellement sur une autre organisation du travail pour les AGC, par une mutualisation multi secteurs et spécialisation des AGC. Cette organisation devrait permettre de lisser l’activité plus facilement. Il faudra veiller néanmoins à ce que la spécialisation ne conduise pas à un appauvrissement du travail…

Et pour conclure …
Tout d’abord un grand merci aux AGC qui m’ont consacré un peu de temps en acceptant de répondre à mes questions. J’ai été très agréablement surpris par leur grand intérêt pour leur travail, leur motivation dynamique et leur côté positif. Toutes les personnes interviewées apprécient particulièrement leur job par sa diversité, par l’autonomie qui en fait un travail à la fois utile, valorisant et varié. Un travail « valorisant », mais peu « valorisé ». En effet, même si chaque année un Challenge récompense certaines affaires, curieusement, ce métier est le seul métier de vendeur qui ne soit pas soumis à une valorisation globale de type « Part Variable Vendeur »…